« NON, pas comme ça »
La population a le droit de tout savoir !

Des zones d’ombre entourent le projet de fusion. Les opposants mettent tout en œuvre afin qu’une participation citoyenne s’ouvre enfin. Le site internet www.croflette.ch expose avec humour et sans concession, les raisons de refuser une fusion aux allures de mariage forcé.

« Mariage d’affaires » et globalisation

Rien ne justifie un « mariage d’affaires », voire une globalisation. Une fusion entraînerait un éloignement de la population par rapport aux centres de décision, dans une « ville » de 12’000 habitants. « Toujours plus grand » ne veut pas dire « Toujours plus beau », c’est bien connu !

Déni de démocratie

Nous déplorons un déni de démocratie et l’absence de participation citoyenne pourtant prônée par les deux communes lors de l’élaboration du processus de fusion. Seules deux séances publiques d’information de type « service après-vente » et une consultation prétexte sur le nom de l’éventuelle commune – et rien du tout sur les armoiries – ont précédé l’élaboration de la Convention de fusion.

L’endettement sous le paillasson

L’endettement communal par habitant était en 2018 de 5’007 CHF pour Blonay et de 10’212 CHF pour Saint-Légier-La Chiésaz (moyenne cantonale de 3’608 CHF par habitant). De quoi rester songeur lorsque l’on parle d’union des biens et des dettes… La « corbeille de la mariée » est fort inégalement répartie ! Alors que Blonay veille au plafonnement de son endettement, Saint-Légier a une politique financière hautement préoccupante. Fusionner les deux communes aurait pour effet de diluer l’endettement de Saint-Légier sans pour autant améliorer la situation durablement

Point d’impôt artificiellement bas

Avoir ramené récemment le point d’impôt à 68,5 dans les deux communes paraît inopportun et artificiel, juste pour faire « bonne façon » avant le verdict des urnes. Les engagements financiers hors bilan, les litiges, recours et procès en cours sont absents du rapport de synthèse. Aucun argument financier décisif ne justifie le projet de fusion.

Groupes de travail peu représentatifs

Les cinq groupes de travail étaient formés seulement d’élus – et de très peu d’élues – choisis par les municipalités. Oublié le vœu de la commission ad hoc des deux conseils communaux demandant qu’une attention particulière soit portée à « l’intégration de la population et de personnes non élues dans les divers groupes de travail ». Oubliées les interventions des conseils communaux rappelant cet objectif…

Rapport de synthèse orienté

Les rapports des cinq groupes de travail n’ont pas été mis en discussion devant les conseils communaux. Ces rapports ont été résumés de manière très partiale dans le rapport final du Comité de pilotage inter municipal, laissant sciemment de côté les questions restées ouvertes et les doutes exprimés dans les rapports intermédiaires.

Conclusions tronquées

Le rapport final du Comité de pilotage relève que « les rapports finaux des groupes de travail sont, à des degrés divers, favorables à la fusion des communes ». Or, le groupe II concluait « avoir eu de la peine à percevoir les éléments porteurs du projet » et le groupe III exprimait « ne pas trouver d’intérêt marquant pour la fusion, recommandant de continuer le rapprochement des deux communes, comme c’est déjà le cas actuellement ». Le groupe V préconisait « le rapprochement plutôt que la fusion » relevant « qu’il n’est pas possible d’affirmer que la fusion est la solution pour mettre en place une planification et gestion de la mobilité plus efficiente à Saint-Légier et Blonay ».

Mariage forcé ou qualité de vie ?

De nombreuses questions restent sans réponses. Le projet ne contient aucune vision prospective ; il n’est pas abouti. Pourquoi donner « un chèque en blanc » à nos édiles et pousser nos deux communautés dans une union aventureuse ? Les collaborations déjà en place – à satisfaction – peuvent permettre à chaque commune de conserver son identité et d’offrir à la population des services de proximité de même qu’une très bonne qualité de vie.

Des fiançailles réussies, OUI !
Un mariage forcé, NON !

Nous nous engageons à faire campagne contre ce projet élaboré d’un bout à l’autre sans véritable participation citoyenne !

Votre avis nous intéresse !

1 + 8 =

Votre avis sera ensuite publié sur notre onglet “avis”.